Minyador

Toutes les dernieres infos sur Minyador, un monde imaginaire peuple d'elfes, de nains, de dragons et pourvu d'une riche histoire.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Crépuscule [ Immortalitas ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lord Darkmore
Seigneur universel
Seigneur universel
avatar

Nombre de messages : 330
Age : 31
Date d'inscription : 09/11/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Noir
Culture: Haut Elfe Noir Occidental
Niveau: 1

MessageSujet: Crépuscule [ Immortalitas ]   Ven 24 Oct - 11:46

Spoiler:
 

Lyannina se releva, les traits tirés. Depuis plusieurs mois déjà, les autres membres du groupe sentaient que quelque chose n'allait pas chez la voyante aveugle. Lorsqu'elle relevait la tête du bassin noir à tous autres yeux que ses pupilles laiteuses, elle semblait chaque fois plus abattue, mais de tout ce qu'elle avait vu d'aussi grave, elle ne disait rien. Elle ne parlait que de ce qui concernait directement le groupe soit le temps de la semaine ou encore le passage de marchands ou de voyageurs, mais elle ne pouvait cacher que quelque chose de grave se préparait.

Lyannina n'était que la troisième voyante qui avait vu le jour dans le groupe d'Amaryl depuis son départ de Faleseyan, bien des siècles auparavant. La première voyante se prénommait Aÿliss. Son fils unique Serùi était comme elle voyant, et choisit de rester parmi eux lorsque sa mère partit pour suivre celui qu'elle aimait, qui désirait s'installer dans les terres boisées de Faleseyan III. Mais Serùi, qui avait été appelé comme nombre d'immortaliens, périt dans la bataille de Dagorelda, laissant le groupe privé de voyance durant quarante bonnes années. Lyannina était née en AR31, mais ses visions n'étaient pas encore précises avant qu'elle ne parvienne à maîtriser son don, ce qui lui avait pris de longues années.

Néanmoins, ce jour-là, elle se décida enfin à parler. Alors qu'ils étaient tous disposés autour du feu de camp pour manger à la lueur des étoiles, qui luisaient cette nuit-là étonnamment fort pour la saison, elle prit la parole :


"Pouvoir, trahison, corruption et cruauté. Tout cela je ressens croître. Une ombre tombe sur le monde. Mais par-dessus tout, je perçois un grand vide. De jadis la haine des esclaves comme des maîtres s'est éveillée. Et la Fin viendra si nous ne faisons rien. Je dois me rendre là où je pourrai trouver les réponses aux énigmes. Le marchand Lyrinan passe demain. Je l'accompagnerai pour me rendre à Irdani."

_________________


Dernière édition par Lord Darkmore le Mar 2 Déc - 9:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minyador.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Ven 24 Oct - 17:31

Amaryl se leva, contourna le feu et s'accroupit devant la voyante. Elle enlaça amicalement Lyannina afin de lui prodiguer un peu de réconfort.

"Je viens avec toi. Il est hors de question que tu t'y rendes seule." *Surtout dans cet état.*

Amaryl, lâchant son amie, attrapa l'écuelle de cette dernière et la lui tendit.


"Mais Fin ou pas Fin, avant de partir, tu dois avaler quelque chose." exigea-t-elle. Malgré sa propre inquiétude, Amaryl n'oubliait pas que le fardeau de Lyannina était terriblement lourd. Elle ne pouvait certes pas le soulager, mais elle aidait son amie comme elle pouvait, en lui prodiguant soutien et affection.

"D'autres voudront-ils se joindre à nous ?" ajouta la sylphe en promenant son regard violet sur ses compagnons.

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Lord Darkmore
Seigneur universel
Seigneur universel
avatar

Nombre de messages : 330
Age : 31
Date d'inscription : 09/11/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Noir
Culture: Haut Elfe Noir Occidental
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Ven 28 Nov - 6:19

Lormion s'avança. Le grand oïfënian s'inclina devant Amaryl et Lyannina.

"Je me joindrai à vous. Outre le fait que je doive consulter certains des ouvrages de la Bibliothèque, devoir que je ne fais qu'ajourner depuis des mois, je t'ai toujours considérée comme ma fille, Lyannina. Je ne te laisserai pas partir sans moi. Puis ce sera une occasion pour vous de faire connaissance avec les merveilles de la grande cité d'Irdani." fit-il avec un grand sourire en direction d'Amaryl.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minyador.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Mar 2 Déc - 17:16

Croisant le regard de Lormion, Amaryl ressentit le frisson de bien-être qu'elle éprouvait chaque fois qu'elle sentait à quel point leur groupe était soudé.

"Merci, Lormion. Ce sera avec plaisir que je découvrirai Irdani, en effet." Se retournant vers Lyannina, la sylphe ajouta, avisant les cernes de la voyante : "Nous t'accompagnons donc. Tu devrais dormir en attendant."
La jeune femme attrapa sa flûte et commença à jouer un air lent de berceuse, instillant un peu de magie dans la musique. Peu à peu, les membres du groupes commencèrent à bailler puis à s'installer confortablement pour dormir. Amaryl croisa le regard du guerrier Derian, qui devait prendre le premier tour de garde, et reposa l'instrument. Ce petit tour était pratique mais elle ne devait pas empêcher celui qui était de garde de veiller. Avec un sourire, elle s'installa confortablement à son tour, puis, le regard perdu dans les étoiles, attendit le sommeil, qui vint rapidement clore ses paupières pâles, à l'instar de celles de ses compagnons.

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Lord Darkmore
Seigneur universel
Seigneur universel
avatar

Nombre de messages : 330
Age : 31
Date d'inscription : 09/11/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Noir
Culture: Haut Elfe Noir Occidental
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Mar 27 Jan - 18:06

Au petit matin, un puissant vent d'ouest s'était levé, apportant de lourds nuages chargés d'une neige épaisse qui recouvrit rapidement les arbres et les tentes. Mais cela ne dérangeait guère la communauté de sylphes qui était habituée à endurer pareilles tempêtes durant toute la saison intermédiaire de l'année. Ce qui était plus gênant en revanche, c'était que cette neige pouvait grandement ralentir, voire mettre en difficulté la caravane du marchand Lyrinan, tant qu'elle n'aurait pas retrouvé les grandes voies carrossables.

Mais leurs craintes se révélèrent infondées. Peu avant midi, le mugissement des bœufs à poils longs leur parvint, et la longue suite de chariots du marchand émergea de la tourmente, pour former le cercle dans la grande clairière.

Vêtu d'une longue houppelande brune et le visage à demi caché sous sa toque de fourrure, Lyrinan descendit du véhicule de tête et s'approcha en se frottant les mains de la tente principale où brûlait un agréable feu. Varistan, le doyen du groupe, s'avança et l'étreignit chaleureusement.


"C'est un plaisir de vous voir arriver malgré ce temps épouvantable. Venez donc prendre quelque chose de chaud à l'intérieur !"

"Avec plaisir, Varistan ! Même dans les chariots on ressent ce maudit froid ! Vivement les quartiers d'hiver dans ma demeure d'Irdani ! Et puis ma femme et mes enfants commencent à me manquer, ça fait trois mois que je suis sur la route !"

"Autant que ça ? Jusqu'où as-tu pu remonter pour être si longtemps éloigné ?"

"J'ai passé le mois dernier à Konditan, avant de revenir par Tanelorn. Puis entre Ayan et ici je n'ai pas pris le train, vu que je devais faire le tour des villages sur la route. Enfin, vous êtes le dernier, je vais enfin pouvoir prendre un peu de repos." fit-il en se baissant pour entrer dans la tente.

Il secoua son manteau et sa toque, et les suspendit au crochet prévu à cet effet dans l'entrée. La grande tente était divisée en plusieurs compartiments. Le premier servait d'entrée et de vestibule, et c'était dans celui-là que venaient d'entrer Lyrinan et Varistan. Ils passèrent ensuite dans le second, qui faisait office de salle principale, où était allumé un grand foyer, et où s'était réunie la communauté quasiment au grand complet lorsque le marchand avait été annoncé. Des tapis et des peaux recouvraient la majeure partie du sol. Lorsqu'il faisait particulièrement froid, ce qui n'était pas le cas ces jours-là mais pouvait arriver au beau milieu de l'hiver lorsque le vent se levait, l'on dormait dans cette pièce, sinon l'on se couchait généralement dans un troisième compartiment de la tente, situé sur le flanc est - l'entrée étant au sud.

Après les salutations d'usage, Lyrinan s'assit les jambes croisées auprès du feu, et ne put se retenir de porter son regard vers la porte donnant sur le compartiment occidental, d'où provenaient de délicieux effluves de nourriture - Vëlia et Narna, les deux cuisinières, avaient décidé de préparer un ragoût de lièvre avec les prises du matin.
Le dernier compartiment, au nord, abritait le stockage, depuis des outils jusqu'aux réserves de bois. De ce compartiment on pouvait accéder à une autre tente qui lui était accolée servant d'étable et de chenil. Des passages de toile menaient aussi vers d'autres tentes depuis les quartiers d'habitation.


"Alors, comme la dernière fois ?" demanda le marchand. Il s'exprimait d'une voix assurée et joyeuse, avec un léger accent qui démontrait ses origines à moitié norbardes. Cependant, par ses manières comme par son apparence, cela se voyait qu'il était plus immortalien qu'autre chose. Sa peau très pâle - malgré ses joues rougies par le froid - et ses cheveux bruns en étaient une preuve irréfutable, tout comme sa grande taille et ses yeux gris.

"Tout à fait. Nous aurons juste besoin d'un traîneau supplémentaire par rapport à d'habitude, l'un des nôtres s'est brisé le mois dernier."

"Aucun souci. J'en ai même deux, si vous voulez, je peux vous faire une ristourne sur le second."

"C'est fort aimable à vous."

S'ensuivirent de longues discussions et marchandages sur le prix des articles que Lyrinan faisait amener au fur et à mesure par ses suivants dans le compartiment nord de la tente.
Puis Vëlia et Narna firent savoir que le repas était prêt, et l'on mit le couvert. L'on mangeait allongé, suivant une ancienne coutume d'origine paladine, mais qui s'était perdue au fil du temps sauf en certaines régions, comme en Immortalitas chez les familles nobles ou dans quelques communautés isolées comme ici.

La conversation dévia ensuite vers les nouvelles de l'Extérieur, et il apparut rapidement qu'elles n'étaient pas toutes bonnes, comme le craignait Lyannina. Les tensions avaient repris en Feldonodrenar, où le Seigneur Laestar d'Ardevanos contestait ouvertement l'autorité impériale en menaçant de faire sécession. L'Empereur avait dû faire appel à des médiateurs de Golto, d'Immortalitas et de l'Empire de Métal pour ramener le calme à l'intérieur de ses frontières.
D'autre part, le climat politique s'était encore dégradé entre les nations du nord et du centre depuis les Batailles Orques. Seuls quelques pays du nord échangeaient encore librement avec le Salivrat ou Tormalor et inversement, ce qui avait pour conséquence des tensions même à l'intérieur de ces blocs. Lyrinan n'était pas au courant des dernières nouvelles, ayant quitté les voies fréquentées depuis plusieurs semaines, mais lorsqu'il était passé par les Castels il avait appris que l'Immortalitas I et l'Immortalitas II étaient désormais indépendants l'un de l'autre. Soit disant c'était pour raisons économiques mais ils ne se faisaient pas d'illusions. L'Immortalitas II était fortement peuplé de salivriens, et la tension politique entre l'Empire de Métal et le Salivrat était presque palpable. Loup Solitaire souhaitait rester neutre dans l'affaire, mais la majeure partie des gouverneurs d'Immortalitas I soutenaient plus ou moins les Princes, et c'était leur vote qui avait fait pencher la balance.
Mais il y avait néanmoins de bonnes nouvelles. Le calme était revenu dans les Terres du Centre, excepté autour de Gandubal, et la reconstruction des cités après les grands réarrangements tectoniques de 40 était achevé sur la plus grande partie de la planète. Vamaaris comme Tanelorn étaient à nouveau des cités florissantes, comme du temps où le Cercle Ardent avait été unifié pour la première fois, et cette fois l'Empire de Métal ne constituait plus une menace mais plutôt un allié sûr, ce qui présumait de belles années de paix à venir.

Puis la conversation glissa sur des banalités alors que l'on amenait le dessert, assez simple au demeurant, puisque composé majoritairement de fruits et de fromages. Enfin, alors que les derniers plateaux étaient ramenés vers la cuisine et que la fumée bleutée des pipes commençait à se répandre dans l'air, Varistan aborda le sujet du voyage de Lyannina, Amaryl et Lormion.


"Je ne vois aucun inconvénient à les prendre comme passagers. J'ai plusieurs voitures presque vides et encore trois fois trop de vivres pour tout le monde. Je craignais d'être pris par la neige dans les cols, mais ça n'a pas été le cas."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minyador.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Dim 15 Fév - 12:29

Amaryl sourit avec chaleur au marchand et se pencha vers lui pour lui poser une question :

"Je vous remercie, c'est très gentil à vous. C'est étonnant, en général, l'hiver est plutôt rude... Vous avez eu de la chance. Malheureusement, les bandits sont comme la mauvaise herbe, ils poussent volontiers dès que les conditions sont clémentes... Risquons-nous de faire de mauvaises rencontres ?"


Hrp : désolée pour le retard et le manque d'inspiration... Neutral /Hrp

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Lord Darkmore
Seigneur universel
Seigneur universel
avatar

Nombre de messages : 330
Age : 31
Date d'inscription : 09/11/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Noir
Culture: Haut Elfe Noir Occidental
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Dim 15 Fév - 15:28

Le marchand sourit à Amaryl.

"C'est fort improbable, gente demoiselle. L'armée immortalienne veille sur les routes, et les actes de banditisme sont particulièrement rares par ici. Tout au plus pourrions-nous avoir affaire à un clan würn un peu hostile ou à une meute de loups avant de quitter la forêt, mais mes gens sont habitués à faire de telles rencontres. Non, nous devrions rejoindre Irdani sans le moindre souci."

[Hrp :] Pour info, les würns sont de petits êtres humanoïdes d'environ 1m à 1m50 de haut, très poilus avec de grands yeux, de grandes oreilles et une courte queue, vêtus de peaux de bêtes. Leur culture nomade est très primitive, et leurs contacts avec les Immortaliens ou les sylphes assez rares. Ils n'utilisent aucun outillage en métal, ne se servant comme armes que de lances ou de tranchoirs en silex ou en obsidienne. Ils maîtrisent une magie shamanique et ont un code de l'honneur assez poussé, les poussant à faire parfois de grands rituels dans des clairières où ils ont installé des autels en pierre et parfois construit des temples en bois, même si généralement ils vivent dans des tentes. Tout cela, Amaryl est censée le savoir, vu que sa tribu a souvent eu des contacts avec les würns du fait de leur cohabitation dans la forêt.
Je te laisse faire le post où vous vous déplacerez dans la forêt. Vous passerez probablement devant d'anciens autels würns abandonnés, et verrez peut-être l'un de leurs rituels. Il est même possible que vous soyez invités à y participer (en tant qu'invité, bien sûr). Les würns sont rarement hostiles, et sont plutôt en général assez hospitaliers. [/Hrp]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minyador.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Mar 10 Mar - 12:41

Amaryl remercia aimablement Lyrinan et la conversation se poursuivit à bâtons rompus jusque tard dans la nuit. Varistant ayant fini par suggérer qu'ils aillent se coucher, étant donné l'heure fort matinale du départ, prévu à l'aube, les derniers éveillés se dirigèrent vers leurs couchages respectifs.

Les premiers rayons pointaient à peine lorsque les yeux de la sylphe s'ouvrirent. Elle s'habilla et sortit de sa tente en se dirigeant vers la rivière proche afin de faire sa toilette, saluant au passage les premiers réveillés - Lyrinan, Varistant, Lormion, ainsi que quelques autres, principalement les aides du marchand. Ele fut rejointe par Lyannina, qui visiblement venait juste, elle aussi, d'émerger. L'expression perpétuellement sombre et tourmentée de la voyante semblait être atténuée par la perspective du départ imminent, mais la future mage-lige ne s'y trompa guère. Le fardeau que portait Lyannina allait sans cesse croissant, au fur et à mesure que ses visions, annonçant de terribles évènements, se précisaient.

Leur toilette terminée, les deux amies revinrent vers le feu de camp. Elles s'assirent en compagnie de Lyrinan et Lormion qui leur firent passer les galettes au miel qui constituaient le petit déjeuner du jour. Lyannina fit de nouveau mine de bouder la nourriture mais Amaryl lui fourra de force deux des gâteux dans les mains avec des paroles de reproche. La voyante fit la tête un moment puis finit par avaler son petit déjeuner. Une fois les affaires des trois voyageurs soigneusement empaquetée et embarquées dans les chariots prêts à partir, les autres membres du groupe leur souhaitèrent un bon voyage.

Enfin, la caravane se mit en route, d’abord lentement puis de plus en plus vite, jusqu’à ce que les bêtes atteignent leur vitesse de croisière. De cette façon, le camp disparut rapidement dans leur dos, et Amaryl rejoignit l’avant du convoi. Lyannina et Lormion avaient préféré prendre place dans l’un des chariots mais la sylphe, dont le pas était plus léger encore que celui des elfes, avait décidé de marcher un peu. Parfaitement silecieuse, elle avançait aux côtés des débroussailleurs chargés d’écarter les branches tombées en travers du chemin, relativement peu entretenu puisque beaucoup moins fréquenté que les grands axes routiers traversant Immortalitas. Amaryl observait les allées et venues des éclaireurs, montés sur de petits chevaux bruns endurants et nerveux. Ils partaient explorer les alentours, revenant régulièrement faire leur rapport au maître de la caravane, qui se tenait lui aussi en tête du convoi. Leur efficacité en terrain forestier était toutefois limitée par le couvert des arbres et l’absence de hauteurs permettant une vision d’ensemble des environs. Il étaient donc obligés de se fier uniquement à leurs dons de pisteurs. Amaryl aurait pu utiliser sa magie pour essayer de sonder les alentours, mais elle n’aimait pas dévoiler ses dons de mages, ni ses ailes d’ailleurs, soigneusement repliées dans son dos, sous sa robe, malgré l’inconfort. Ici, chacun était persuadée qu’elle était une elfe noire, une flûtiste maîtrisant un peu de magie d’illusion comme tous les bardes. Et de plus, cela évitait un incident diplomatique avec les éclaireurs, deux hommes et une femme à l’allure farouche visiblement fiers de leur fonction, qui auraient sûrement profondément vexés par l’intervention de la magicienne.

Le voyage se passa tout d’abord sans incidents notables. Ils croisèrent des campements et des autels rudimentaires construits par des tribus würms, mais ceux-ci étant en état de délabrement avancé, ils en déduisirent que les constructions grossières étaient abandonnées, et de fait, les petites créatures demeurèrent invisibles. Toutefois, vers le milieu de l’après-midi, tandis que Lyrinan expliquait à Amaryl que le lendemain ils atteindraient la grande route très fréquentée menant à Iradni, l’un des éclaireurs revint signaler qu’il y avait un cavalier, apparemment seul, cheminant à une centaine de mètres d’eux. Ils ne tardèrent pas à le rattraper. Le voyageur, en les entendants, fit faire volte-face à son cheval en posant la main sur le pommeau de l’épée pendant à son côté. En s’apercevant qu’il avait affaire à un convoi de marchandises, il sembla se détendre. La sylphe en profita pour l’observer.

L’inconnu était riche. La magnifique cape écarlate bordée d’or laissant entrevoir une légère armure, la garde de son épée, les bottes de beau cuir ouvragé, le cheval, un splendide étalon alezan, destrier de prix, l’attestaient. Sa capuche rabattue dissimulait en grande partie son visage, mais il avait l’air assez jeune. Il se tenait à quelques mètres d’eux, dans une attitude prudente mais pas agressive. Il ne semblait pas nourrir d’intentions hostiles à leur égard, et paraissait seul.

Il pouvait y avoir différentes raisons de voyager seul, mais les deux plus probables étaient les suivantes : soit le jeune homme était inconscient, soit il était capable de se défendre par lui-même. Rien dans son comportement ne lui donnait l’air irréfléchi ; Amaryl supposa donc que la seconde hypothèse était la bonne et remercia le Vent qu’il ne semble pas vouloir les attaquer. Pour parcourir les chemins sans compagnons, il devait être assez dangereux. Elle jeta un coup d’œil au maître de caravane qui était parvenu aux mêmes conclusions et hélait avec prudence le voyageur, lui souhaitant le bonjour et lui demandant son identité.

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Lord Darkmore
Seigneur universel
Seigneur universel
avatar

Nombre de messages : 330
Age : 31
Date d'inscription : 09/11/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Noir
Culture: Haut Elfe Noir Occidental
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Mar 10 Mar - 17:33

Le voyageur releva la tête et fit face au marchand Lyrinan. Bien qu'il dût rapidement le rabaisser pour éviter de trop le découvrir aux rafales de neige, Amaryl avait eu le temps de distinguer le visage très anguleux d'un Elfe Noir. Les Moralfyn étaient très rares en Immortalitas, et tous furent assez surpris d'en voir un si loin des routes marchandes. Il prit la parole, d'une voix étouffée par la tourmente et l'écharpe qu'il portait sur le bas de son visage afin de le prémunir du froid.

"Marchand Lyrinan ?"

Celui-ci acquiesça, se demandant comment l'inconnu pouvait connaître son nom.

"Dieux bénis, enfin je vous trouve ! J'ai été mandaté pour vous protéger et vous mener vous et vos passagers jusqu'à Castel Immortalis."

Il tendit un parchemin scellé à Lyrinan. Celui-ci en prit connaissance, puis fit :

"Nous n'étions pas sensés recevoir de garde supplémentaire, mais je vois que l'Archimage semble vouloir voir mes passagers arriver saisn et saufs... Se serait-il passé quelque chose de grave ?"

"L'on dit que la guerre en Feldonodrenar aurait gravement dégénéré, et que le jeu des alliances pourrait à nouveau créer un conflit à l'échelle mondiale. Et les médiateurs de la Société des Nations sont empêtrés dans leurs propres problèmes politico-économiques. L'Immortalitas lui-même m'a paru tel une poudrière qui n'attendrait qu'une étincelle, entre les pro-Empire de Métal et les pro-Elfes Noirs, alors que je le traversais."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minyador.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Lun 6 Avr - 12:23

Amaryl, qui se tenait tout près du marchand, entendit chacune des paroles alarmantes du nouveau venu. Elle se détendit tout d'abord lorsqu'il fut avéré que l'homme ne leur voulait pas de mal, au contraire. Cependant, en entendant la raison de sa présence, la belle sylphe se tendit, et par réflexe, se retourna vers les chariots, où Lyannina était assise. Son visage, masqué par sa capuche, exprimait une violente inquiétude. Elle hésita un moment entre aller prévenir la voyante - ce que venait de dire le Moralfyn avait sûrement rapport avec les visions alarmantes de celle-ci - et discuter avec leur protecteur pour en savoir plus. Elle finit par choisir la seconde solution, et se tourna vers l'Elfe noir, mais interrompit son mouvement. Celui-ci pouvait être dangereux pour son identité. Non seulement il risquerait, bien plus que n'importe qui ici, de deviner à quelle race elle appartenait réellement, mais si de plus il était sûrement mage et s'il la sondait, il découvrirait qu'elle l'était aussi. Les glyphes invisibles sur sa peau pulsèrent à cette pensée, ce qui lui indiqua qu'elle supposait sans doute juste quant aux éventuels pouvoir du Moralfyn.

***De toute façon, s'il voyage avec nous il finira par me percer à jour... alors autant m'en faire immédiatement un allié.***

Amaryl s'approcha donc de l'homme, contournant le marchand qui s'était plongé dans des pensées inquiètes, jusqu'à se retrouver à ses côtés. Ses glyphes continuaient à pulser de plus en plus fort. La sylphe fronça les sourcils, ils ne faisaient pas ça d'habitude... Décidant d'ignorer le phénomène pour le moment, elle releva la tête vers l'Elfe noir. Elle prit la parole d'une voix mélodieuse, mais assez forte, de façon à couvrir le bruit de la tempête.

"Bienvenue parmi nous ! Je suis ravie que vous veniez renforcer notre escorte, surtout en des temps aussi troublés que vous les décrivez. Je m'appelle Amaryl, je suis musicienne itinérante. Et vous ?"

Hrp: Voyons, voyons... l'un des rares Elfes noirs en Immortalitas, au service de l'Archimage Valiestar et venant de Castel Immortalitas, suffisamment puissant pour être envoyé comme escorte, et qui écrit ses paroles en turquoise... Lord Markus Darkmore, je présume ? ^^ /Hrp.

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...


Dernière édition par Amaryl le Lun 23 Mai - 22:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Ven 26 Juin - 17:24

« Sire Aelwann de Feargan, pour vous servir, gente demoiselle », lui répondit l’Elfe Noir en inclinant brièvement la tête, faisant glisser un peu de neige de son chapeau sur le col ample de sa cape fourrée. Son mouvement révéla que ses longs cheveux d’un noir de jais étaient réunis en une tresse par un ruban noir surmonté d’une broche d’argent, mais la sylphe n’eut pas le loisir d’en saisir le motif. Il eut un sourire.

« Mais chez les Methralkyn l’on me nomme Lord Darkmore, du nom que portait ma famille du temps de son établissement au Zaran, il y a des millénaires, et c’est sous ce nom que l’on me connaît en Immortalitas, bien que cela fasse des siècles que le comté Darkmore ait chuté sous les flots de l’océan, et que ma famille ne soit plus à présent que l’une des nombreuses familles nobles à occuper les forteresses de Murziak ou Tormalor. »

Amaryl constata qu’une flamme s’était allumée dans les yeux du Moralf lorsqu’il avait fait mention des Princes de Métal. Respect ? Haine ? Il était difficile de le savoir, car le visage de l’elfe était redevenu strictement neutre l’instant suivant.

« Mes titres ont de toute manière bien peu de valeur aussi loin de mes terres. J’ai été envoyé en Immortalitas auprès de l’Archimage Valiestar afin de parfaire mon éducation dans les voies de la Haute Magie. »

Intrigué par le voyageur, Lormion avait fait se rapprocher son chariot.

« Cela fait-il longtemps que vous étudiez sous son égide ? » interrogea-t-il.

« À vrai dire, non, quelques années seulement. Cependant, la magie est puissante dans ma famille, et je ne crois pas que mon mentor n’aie à se plaindre des progrès de son élève. »

Aelwann ne put, à ces mots, empêcher la fierté de poindre dans sa voix.

« Hmm, si vous êtes partis à parler magie, je vous laisse. »

Le marchand Lyrinnan retourna en tête de caravane, laissant les sylphes seuls avec l’elfe noir. Celui-ci haussa les épaules, puis reprit plus doucement, de manière à ce que seuls l’entendent Lormion, Amaryl et Lyannina.

« Mais je n’ai pas été envoyé pour vous parler magie. Il est arrivé quelque chose de très grave, et c’est pourquoi j’ai été chargé de vous escorter, afin de vous expliquer en quoi consistera notre mission. Nous devons faire quitter secrètement l’Immortalitas à plusieurs personnes, dont l’Archimage.

- Allons bon », rétorqua le vieux nomade, « que pourrait-il se passer de si grave qui force mon ancien élève à partir secrètement ? Et pourquoi ne pas se téléporter directement depuis l’Œil du Castel ? Il me semblait que les flux de Magie Oculaire étaient indétectables par nos ennemis.

- Pas tout à fait. »

Aelwannn se contenta simplement d’ajouter ces mots :

« Avustus a été assassiné. »

Un silence glacial s’installa, alors que le mage saisissait toutes les implications de la révélation du Moralf. Son visage semblait s’être couvert d’une chape grise. Amaryl s’en inquiéta.

« Qui est Avustus ? »

Ce fut Aelwann qui répondit.

« Avustus est – ou plutôt était – l’empereur du Feldonodrenar, le plus puissant empire d’Occident. Durant les Guerres Chaotiques, il avait mené ses armées à la conquête de Minyador, et seule la puissance combinée des armées de l’Alliance et de l’Empire d’Ar-Rhāb – un empire d’un autre monde, maîtrisant des moyens technologiques inouïs – parvint à le stopper. Il s’était avéré ensuite qu’Avustus avait été possédé par l’Entité du Chaos, Tarachnan le Maudit. Mais cela nous avait prouvé que la puissance de ses armées, contrôlée par une personne suffisamment douée de sens tactique, menaçait directement Minyador. Après sa défaite, son empire avait été découpé en plusieurs régions semi-indépendantes : le Royaume d’Urazen, le Duché d’Urakin, la Principauté d’Ornoss, la Seigneurie Libre d’Ardevanos et enfin ce qu’il restait de l’Empire Feldonodréen. Rapidement, le Duché et la Principauté se sont devenus totalement indépendants, et ont fini par se rallier à la puissance naissante de l’Empire de l’Occident, basé à Tormalor, dont ma province originelle du Zaran fait partie. Leur population avait beaucoup souffert pendant les Guerres Chaotiques, refusant d’obéir à Avustus, ce qui au passage est un fait heureux, sans quoi Minyador eût été purement et simplement balayée par les armées d’un Feldonodrenar unifié. Le Royaume d’Urazen a quant a lui fait l’objet d’une occupation par une force de surveillance dirigée par Nargavel, l’ancien général en chef des armées du Tyran, prête à fondre sur Merjon à la moindre tentative d’Avustus de recommencer une telle invasion. Enfin, la Seigneurie Libre a toujours appartenu à la Couronne Impériale, mais le dirigeant actuel – un certain Laestar – s’est senti pousser des dents et cherche à tout prix à échapper à l’Empire Feldonodréen, pour fonder son propre empire. Mais il n’osait le faire tant que Nargavel, Avustus et Hyrël Lorilëramë – la jeune impératrice de l’Empire de l’Occident – le gardaient à l’œil. »

ormion fit, d’une voix éteinte :

« Avustus était un peu comme la peau de la vache, qui tient le tout ensemble. Tant qu’il était sur le trône, Laestar se tenait tranquille, l’Empire de l’Occident développait des relations diplomatiques et commerciales profitables avec ses voisins, et l’Empire de Métal établissait également nombre de relais commerciaux à Urazen. Les frontières de Feldonodrenar étaient ouvertes, et l’on ne craignait plus guère une menace comme durant les Guerres Chaotiques.

- Sauf que c’est bien fini maintenant. Avustus n’ayant pas d’héritier, neuf de ses généraux se sont dressés, chacun pour s’emparer du trône ou d’une parcelle du territoire. Nargavel a été dépêché par la communauté internationale pour calmer tout ça, mais rapidement, il n’est devenu qu’un pion de plus dans l’échiquier. Laestar en a profité pour déclarer l’indépendance de ses terres et a attaqué ses voisins, profitant de la confusion. Vers le sud, ses armées ne rencontrent aucune résistance.

- L’Impératrice ?

- Elle a essayé de calmer tout le monde par la voie diplomatique, mais on ne l’écoute pas, sous le prétexte qu’elle est trop jeune. Nargavel ne peut – ou ne veut – pas se désengager. Et le jeu des alliances internationales a commencé à se mettre en place. »

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...


Dernière édition par Amaryl le Dim 12 Juil - 19:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Ven 26 Juin - 17:55

La guerre allait donc encore ravager Minyador. Amaryl eut un moment de découragement. Pourquoi fallait-il que les puissants cherchent toujours à étendre leur influence, sans égards pour ceux qui souffraient des conflits en résultant, c'est-à-dire les populations ? Aladan et Sverduin lui avaient appris que les pauvres gens étaient les premiers touchés : les hommes étaient enrôlés comme conscrits et souvent décimés par faute d'entraînement correct, ou utilisés comme chair à canon lors des batailles. Les champs manquaient de travailleurs lorsqu'ils n'étaient pas brûlés ou pillés par l'ennemi.

Toutefois, pour la jeune sylphe cela avait également une autre signification : les liges se liaient en temps de guerre.
A cette pensée, ses glyphes pulsèrent à nouveau sur son front et ses poignets. Amaryl avait appris à vivre avec ces manifestations régulières du serment qu'elle avait prêté : le huit couché gravé magiquement sur sa peau, représentant l'éternité. Lorsqu'elle se lierait, un second symbole apparaîtrait près du premier, tandis que les mêmes marques se dessineraient sur l'épiderme de son Maître. Ces marques étaient imperceptibles pour quiconque, à moins qu'elle ne le veuille bien.
Mais ses mentors lui avaient martelé ce conseil :


Citation :
"Ne révèle jamais que tu es lige. Jamais. Si tu n'es pas encore liée, ceux qui le sauront feront tout pour s'approprier ta personne. Si tu l'es, tu deviendras une cible privilégiée pour tes ennemis, voire pour ceux de tes alliés qui craindront une trahison de la part de ton Seigneur."

Les glyphes de la mage restaient donc invisibles sur sa peu d'un gris-bleuté  aux reflets de perle. Et elle n'avait pas l'intention de les laisser apparaître à qui que ce soit à part son Maître. Ce qui n'allait peut-être pas tellement tarder.
De puis sa plus tendre enfance, Aladan et Sverduin lui avaient parlé des grands seigneurs du Bien, et particulièrement de Valiestar qu'ils avaient connu. Amaryl rêvait de se lier à un tel homme, et elle aurait bientôt l'occasion de le rencontrer et même de l'escorter.
Elle releva la tête vers le Lord et lui posa une nouvelle question.


"Quelle sera la position de l'Immortalitas I dans ce conflit ?"

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...


Dernière édition par Amaryl le Lun 23 Mai - 22:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Mer 22 Juil - 15:30

Aelwann soupira.

« L’Immortalitas est dans une situation assez critique, ce qui explique d’ailleurs pourquoi nous sommes chargés d’escorter l’Archimage et plusieurs autres personnes vers le sud, dans des territoires qui je l’espère ne risquent pas d’être touchés par cette guerre. En réalité, plusieurs factions s’affrontent en Immortalitas. La première, la plus influente actuellement, est représentée par les Légalistes Aerwal, Lendan et Orylen. Elle prône la guerre et l’envoi de renforts à Nargavel, afin qu’il écrase définitivement les sécessionnistes. La seconde faction n’a pas vraiment de leader bien défini mais rassemble un certain nombre des Légalistes qui étaient opposés à la partition de l’Immortalitas d’il y a quelques années. Ils souhaitent offrir davantage de soutien à Hyrël Lorilëramë pour trouver une issue au conflit par la voie diplomatique. La troisième faction est actuellement alliée à la seconde mais ses buts diffèrent légèrement. Toutes deux pensent que donner trop de pouvoir à Nargavel est une erreur, car il est un Prince assoiffé de pouvoir qui pourrait une fois lancé constituer une menace pour la paix sur Minyador. On n’a pas oublié qu’il était le lieutenant du Tyran.

- Et les buts de cette troisième faction ? » demanda Lormion.

« Donner les armées non pas à Nargavel mais à l’Impératrice ou au Général Marc-Arthus.


- Ce ne serait pas sans risques également, si ce sont bien les Elfes Noirs qui ont fomenté la trahison des Batailles Orques…


- Vous n’avez pas tort, mais je suis persuadé quant à moi que ce sont les Methralkyn qui ont trahi, et je pense en avoir saisi les raisons. En tout cas, pour en revenir à l’Immortalitas, il y a encore d’autres groupes qui s’affrontent dans le Legalium. Les Nationalistes souhaitent décréter l’état de crise et donner pleins pouvoirs à un dirigeant immortalien afin que lui-même se charge de l’envoi des armées. Enfin, entre tous ces groupes, il y a ceux qui ne se sentent pas concernés ou qui souhaitent laisser aller les choses sans bouger le petit doigt.

- La position de Loup Solitaire, dans tout cela ?

- Il essaie de rester neutre et de prendre les décisions qui impliqueront le moins de pertes dans ce conflit, mais il est de plus en plus pressé par les Nargaveliens. Plusieurs émeutes ont éclaté ce mois-ci à Irdani et au Castel. L’Archimage est dans le camp des Diplomates, et c’est pour cela qu’il souhaite se mettre en sécurité. Il craint des échauffourées sérieuses. »

Aelwann se tut quelques instants, le temps que le sylphe digère ces nouvelles inquiétantes. Puis Lyannina intervint, mettant l’accent sur une remarque du Moralf.

« Vous avez dit que vous êtes persuadé que ce sont les Princes qui sont responsables de la trahison des Batailles Orques. Qu’est-ce qui vous permet d’être aussi affirmatif ? »

Le regard des trois sylphes s’était fixé sur l’Elfe Noir.

« Vous admettrez certainement que mon jugement est impartial, du fait de mes origines, ce en quoi vous n’aurez pas tort. J’ai été élevé avec la haine de nos anciens oppresseurs, desquels nous étions les esclaves du temps de l’Âge du Chaos. Vous me direz que ça fait bien longtemps, mais pour les Princes c’est bien peu. Pourquoi s’être à nouveau révélés ? Parce que selon moi ils sont prêts à repartir conquérir le Multivers. Ils se sont trouvés des alliés, mais chercheront à s’en débarrasser des uns après les autres une fois leurs ennemis vaincus.

Leurs anciens esclaves et alliés, Moralfyn, Drakyn, Esyfies et servants de Sardon, se méfient d’eux car ils ont été trahis, et les Princes le savent. Ils cherchent donc à les discréditer au maximum, ce que les actions au Dor Gauroth de ces dernières années leur ont donné l’occasion rêvée de faire, en se débarrassant de la majorité des armées de Danaan et en retournant leur propre trahison contre des alliés déclarés des Moralfyn. Il ne faudrait que peu de chose à présent pour qu’une croisade soit entreprise contre nous. Ce qui se passe en Feldonodrenar n’est qu’un moyen parmi d’autres de s’en assurer. Tant que personne ne bouge, Laestar affaiblit les Elfes Noirs en envoyant ses armées sur leurs terres, tandis que les généraux d’Avustus s’affrontent entre eux au lieu de chercher une solution commune. Les Princes vont à mon avis laisser encore cette situation se prolonger quelque temps, puis trouveront un élément déclencheur qui leur permettra d’officialiser cette croisade.


- Seriez-vous en train de dire que les Moralfyn seraient du côté des servants de Sardon ? » interrompit Lormion.

« Non. Mais je suis quasiment certain à présent que l’Empire de Métal est notre ennemi commun, et que si rien ne l’arrête, il retrouvera sa puissance d’antan, s’il n’est déjà trop tard…

- Et vous seriez prêt à vous allier à Danaan rien que pour empêcher l’Empire de nous écraser ? » demanda la voyante.

Aelwann hésita avant de répondre.


« … Oui. Si par ce moyen on peut éviter l’esclavage par les Princes, oui. Pour eux, rien n’est qu’un jeu. Ils se moquent de la vie, des êtres, tout ce qu’ils voient, c’est le pouvoir. Et c’est cela que je jure de combattre, quel qu’en soit le moyen. »

Lormion inclina brièvement la tête.

« Vous semblez en savoir beaucoup sur eux.

- Notre héritage a gardé bien des cicatrices des Âges du Chaos. Mes cauchemars, comme ceux de bien d’autres Moralfyn, sont des réminiscences de ce passé… ou des visions d’un futur où l’on échouerait à empêcher les Princes d’atteindre leur but. »

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Mer 22 Juil - 15:50

Amaryl ne savait pas vraiment quoi penser du Moralfyn. Il était sûrement influencé par sa haine envers les Methralkyns, comme il l'avouait lui-même, mais ses arguments sonnaient juste et c'était une possibilité à considérer avec sérieux. La sylphe avait appris à considérer les Princes de Métal comme le Mal incarné, aussi inclinait-elle à croire l'Elfe. Quoique l'idée d'une alliance avec un ancien servant de Sardon faisait naître dans son dos des frissons glacés. Mais si ce qu'il supposait se révélait vrai, alors la diplomatie ne pourrait éviter la guerre. Amaryl aurait préféré garder un espoir d'éviter la violence. Peut-être que si la situation se redressait à temps, la guerre n'éclaterait pas... Espoir bien mince...

"Si je comprends bien, vous soupçonnez les Methralkyns de vouloir profiter du climat politique instable qui règne en ce moment pour tenter de reconquérir terres et puissance. Si vos suppositions s'avèrent juste, que se passerait-il alors selon vous ? Danaan accepterait-il seulement de s'allier aux Moralfs, et ne risquerait-il pas de les trahir ? Et quelles seraient les réactions des autres pays et empires ? Vos alliés ne se méfieraient-ils pas de l'ancien lieutenant de Sardon ? Cela provoquerait-il une guerre à l'échelle mondiale ?"

En fait, Amaryl se sentait plutôt triste pour son interlocuteur. Ses dernières paroles avaient témoigné de tant de souffrances, anciennes mais toujours vivaces...

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Mar 25 Aoû - 19:30

Aelwann eut une moue désabusée.


« J’aimerais certes qu’il en soit autrement, mais je crains fort qu’il n’y ait d’autre extrémité que la guerre. Sachez que pour la plupart des Methralkyn, l’existence n’est qu’un jeu, un jeu où perdre signifie la mort, mais pour eux cela n’a aucune importance… Seuls certains d’entre eux éprouvent des simulacres de sentiments, ou un amour pour la vie, comme Meliadus, Srigownem et peut-être Sriganion. Ils l’expriment de différentes manières, mais n’ont pas cette froideur qu’ont presque tous les autres… sauf justement Danaan. La Main de Sardon éprouve désormais de la peur – peut-être la peur de perdre définitivement dans le Grand Jeu – mais cette peur lui a fait prendre conscience à combien d’autres personnes pouvaient aussi tenir à la vie. Et à présent il ne songe qu’à sauver son peuple. »


Lyannina demanda alors qui étaient les trois autres Princes de Métal qu’Aelwann avait nommés. Ce fut Lormion qui répondit.


« Tu connais Sriganion, autrefois l’Intendant de Sardon. » Lyannina opina. « Meliadus est le seigneur de Granbretanne, une terre loin dans l’Est qui a longtemps fait partie des serviteurs de Sardon, mais dont la puissance n’avait jamais été de premier ordre. Je ne sais ce qu’il en est actuellement. »


Il interrogea Aelwann du regard.


« C’est toujours le cas, Maître. La Granbretanne n’a la plupart du temps tenu qu’un rôle annexe dans la puissance politique mondiale, malgré sa puissance militaire qui a bien souvent causé des frayeurs à nombre de souverains de l’Alliance. Elle a quasiment toujours été satellite du Dor Gauroth ou du Gwaith-i-Nargûl, la terre des Elfes Noirs d’Orient, dont le Arthus VII le Roi-Sorcier, en souverain éclairé pour son peuple, a offert son soutien à la cause de la Lumière durant la Grande Alliance, causant un véritable renversement dans l’échiquier politique mondial, vu que le souverain de Gwaith-i-Nargûl influence énormément la plupart des gouvernements des Terres de l’Est, et également les terres Moralfyn d’Occident. »


Lormion acquiesça aux dires de l’Elfe Noir.


« Rien n’a donc réellement changé depuis l’Âge Sombre, en fait… Quelle ironie ! Le mal que nous combattions autrefois est devenu presque notre seul soutien contre une nouvelle menace peut-être encore pire que la précédente. »


Un sourire fugitif éclaira le visage d’Aelwann à ces mots, mais son visage s’assombrit à nouveau et ce fut sans une once d’ironie qu’il répondit.


« Mais je crains que le pire mal ne soit l’absence de sentiment, la froideur qui caractérise les Methralkyn… comme aussi bon nombre de leurs anciens sujets d’ailleurs. Les Esyfies, les Antereis, les Hernists… La plupart des êtres de ces peuples ont adopté les anciennes habitudes de leurs maîtres d’antan. Et dans le Grand Jeu, certains ont décidé de se ranger contre l’Empire de Métal, afin d’affirmer leur propre suprématie et ne plus servir de pions… En réalité, je ne sais trop ce que pense Meliadus, si comme les Esyfies il s’est rangé de notre côté pour enfin évincer l’Empereur de Métal, ou si comme les Moralfyn il souhaite plutôt sauver ses terres et ses hommes. »


Il s’ébroua et secoua la neige qui s’accumulait sur son chapeau.


« Fichu climat, on se croirait de retour à Azatevanos, mais sans l’océan… »


Une brève moue de regret passa sur le visage de Lyannina. Amaryl, qui la connaissait bien, devina qu’elle aurait aimé pouvoir voir la mer un jour, mais que même en s’y rendant ce plaisir serait à jamais masqué à ses yeux. À un tel point que jamais l’océan n’était apparu dans les songes divinatoires de la voyante.


« Pour en revenir au dernier Prince nommé par Aelwann, tu connais mieux Srigownem sous le nom d’Othar, le Chevalier Servant du Grand Lumineux. »


Le visage de la voyante s’éclaira.


« Alors en effet c’est vrai, celui-là éprouve bien des sentiments, si ce que tu nous as raconté sur lui est véridique.

- Même s’il m’arrive parfois d’enjoliver mes histoires un peu, le fond est toujours conforme à la réalité ! »


Lormion avait légèrement exagéré le trait offusqué dans ses paroles, même si elle savait que celui-ci se moquait gentiment de la voyante. C’était souvent un jeu entre les deux, et Lyannina avait l’habitude de lui renvoyer la balle avec virtuosité. Mais depuis quelque temps elle n’avait plus guère le cœur même à cela. Pourtant cette fois-là…



« Mais bien sûr, et ensuite, tu me diras que tes histoires avec des éléphants de la taille de poneys et de chameaux avec des cornes de cerf sont véridiques ! »


Aelwann éclata de rire.


« Désolé de te décevoir, jeune fille, mais ces animaux existent bel et bien. Il y en a des spécimens au parc animalier de l’Université. J’ai un ami de Talath Naur qui m’a dit qu’ils viennent de son pays. C’est un lieu désertique brûlant, mais on y trouve une faune qui s’y est adaptée, allant des mammouths du désert aux loups jaunes. »


Les yeux d’Amaryl s’écarquillèrent.


« Un parc animalier ? Est-ce qu’on pourra s’y rendre ? Je serais curieuse de voir toute la faune étrange qui vit sur notre planète – ces zèbres, gnous et panoplosaures, et aussi ces lions, ces chimères, ces tigres…


- Désolé, je crains fort qu’on n’en ait pas le temps. Si nous l’avions, je t’aurais même invitée à visiter celui qui se trouve à l’est d’Irdani, qui est encore plus beau que le zoo de l’Université. Enfin si nous partons vers le sud, tu risques d’en voir au passage, notamment au K-Ondit.

- Nous descendrons jusqu’à Mondrad ou bien nous continuerons au-delà ? » interrogea Lormion.

« Le plan initial de l’Archimage était de nous emmener au moins jusqu’à Konditan, et que là-bas on aviserait. C’est facile de partir vers Holwayz, Mondrad ou Karkaver de là.


- Si loin ? » s’émerveilla Amaryl à la pensée de découvrir autant de territoires qu’elle ne connaissait que par des récits ou des livres.

« S’il le faut, probablement, oui. Mais même si nous nous arrêtons définitivement à Konditan, j’avais promis à Daelys – une étudiante comme moi, qui nous accompagnera – de visiter la région. Elle est très curieuse de découvrir la Savane d’Enoram. Si tu le souhaites, tu pourras venir aussi, et cela augmenterait nos chances de pouvoir nous offrir les services d’un guide, à ce que j’ai cru comprendre. »


À la mention du nom de Daelys, le regard de l’elfe s’était fait lointain, et un sourire rêveur était apparu sur les lèvres de celui-ci. Et lorsqu’une branche lui envoya de la neige à la figure, il mit un temps avant de s’essuyer le visage. À l’évidence, il était très épris de la jeune fille, qui qu’elle fût.



« Au fait, nous serons combien ? »


La voix de Lormion le fit sursauter et il s’ébroua comme au sortir d’un rêve.


« Pardon ?

- Je demandais combien nous serions pour quitter l’Immortalitas ainsi.

- Je ne sais pas encore s’il y aura encore d’autres personnes avec nous, mais il me semble que nous serons sept. Vous trois, l’Archimage, une sylphe comme vous, nommée Meleriath, Daelys et moi. Je n’avais jamais entendu parler d’elle avant, mais Meleriath est aussi à ce que m’a dit mon mentor une opposante à Nargavel. Elle et lui se feront passer pour un couple noble en voyage vers le sud. »


Lormion sourit.


« Je comprends à présent pourquoi mon élève souhaite ma présence dans le groupe, même si je ne pense pas qu’elle soit indispensable – loin de là. »


Ce fut à ce moment-là que le marchand revint vers eux. La caravane était en train de s’arrêter dans une clairière entourée de grands sapins, où avaient été construites trois grandes cabanes de bûcheron, ainsi qu’une petite taverne-auberge dont la lanterne suspendue au-dessus de la porte se balançait au gré des rafales de vent. Le regard du chef de la communauté nomade se détourna d’Aelwann pour se fixer sur Lyrinnan. Mais celui de l’elfe resta encore longtemps fixé sur lui. À l’évidence, il avait compris que Lormion en savait beaucoup sur Meleriath, et il devait être particulièrement curieux de savoir. Puis le marchand parla, et il détourna son attention de celui-ci.


« Nous arrivons à la grande route » – Lyrinnan pointa le doigt vers une ouverture entre les arbres par où le chemin qu’ils venaient d’emprunter devenait plus large et descendait rapidement une courte pente au bas de laquelle on ne distinguait cependant rien avec le blizzard – « et je me suis dit qu’on pourrait passer la nuit ici avant de la prendre vers Irdani.

- Je suppose que la qualité de la bière ici n’est pour rien dans votre choix. La nuit ne va tomber que dans une heure, » fit Aelwann avec un clin d’œil complice.


Le marchand prit un air penaud.


« Bah, » reprit l’elfe, « pourquoi pas. C’est plus calme que les villages sur la Route. »


Au bas de la pente, un mugissement s’éleva, et soudain quelque chose de brillamment éclairé passa à une vitesse incroyable avant de disparaître à nouveau dans la nuit.


« Qu’était-ce ? » interrogea Lyannina.


« Un train », lui répondit le marchand. « Venez, on sera mieux à l’intérieur, quoi qu’en puisse dire cette mauvaise langue d’Elfe Noir.

- Ah, mais je n’ai rien non plus contre la Bière des Trappeurs ! » rétorqua Aelwann avec un rire en descendant de son cheval.

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Jeu 27 Aoû - 7:38

Toute la troupe entra dans l’auberge en riant. Le tenancier avança vers Lyrinnan, un large sourire aux lèvres, et le salua comme un vieil ami. Visiblement, ce n’était pas la première fois que le convoi s’arrêtait ici… Il n’y avait pas grand monde à part eux, et lorsque les chariots eurent été mis à l’abri et les chambres attribuées, ils étaient presque seuls dans la salle à manger. Seuls étant assez relatif : entre les aides de Lyrinnan, l’Elfe Noir et les sylphes, ils étaient environ une trentaine. Le repas, rustique mais délicieux, fut servi par les filles de l’aubergiste, et généreusement arrosé de la fameuse bière. Lyrinnan notamment en but une quantité assez importante (Amaryl cessa de compter après la sixième), accompagné du tavernier, contrairement à Aelwann et Lormion qui se limitèrent à une pinte, et à Amaryl et Lyannina, qui ne firent qu’en goûter un peu. Les deux jeunes femmes discutèrent des merveilles animales dont on venait de leur confirmer l’existence, et dérangèrent fréquemment Aelwann qui discutait avec Lormion des problèmes politiques et qui eut la patience de répondre à leurs questions. Il s’avéra à leur grande surprise que toutes les créatures fabuleuses qu’on leur avait décrites existaient réellement. Toutefois, lorsque Lyrinnan et l’aubergiste vacillants entonnèrent une joyeuse chanson à boire, suivis par une bonne partie des aides convoyeurs, elles préférèrent partir se coucher, fatiguées. Au moment où Amaryl, précédée de son amie, allait quitter la salle, Lormion la rattrapa et glissa dans sa main une lettre scellée.

« La veille de son… départ, Aladan m’a demandé de te la remettre lorsque tu quitterais la communauté. Je n’en sais pas plus, il ne m’a rien dit d’autre. »

La belle sylphe le remercia avec chaleur, un magnifique sourire aux lèvres, mais avec une ombre de tristesse dans les yeux, qui revenait toujours avec l’évocation de l’un ou l’autre de ses mentors. Il y avait un peu plus d’un an que Sverduin était mort, six moi qu’elle avait perdu Aladan également. La douleur était toujours vive.
Elle monta l’escalier donnant accès au second étage où se trouvaient les chambres et rejoignit celle qu’elle partageait avec la voyante d’un pas plein d’impatience. Toutefois, après avoir enfilé sa chemise de nuit, une vague de fatigue la submergea. Elle se blottit dans ses couvertures et, comme son amie, s’endormit aussitôt, remettant la lecture de la lettre au lendemain.


Elle se réveilla brusquement, ouvrant les yeux immédiatement. La mage-lige se redressa, et sortit de son lit d’un mouvement gracieux. Lyannina dormait toujours, d’un sommeil paisible. Amaryl écarta légèrement l’épais rideau masquant la fenêtre et jeta un coup d’œil à travers la vitre. Le jour n’était pas encore levé, mais il ne tarderait pas à l’être. Elle ne ressentait aucune envie de se rendormir. Elle relâcha le pan de tissu et s’en détourna. Son regard tomba alors sur la missive sur sa table de chevet. Elle s’en saisit, se rassit sur son lit, alluma une bougie et décacheta l’enveloppe. Elle en retira deux feuilles de papier fin, calligraphiées par les courbes déliées de l’écriture d’Aladan, qu’elle avait, petite, recopiée durant des heures jusqu’à la reproduire presque parfaitement. Elle déplia la première et commença sa lecture.

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Jeu 27 Aoû - 7:38

Citation :
Ma chère enfant,

J’écris ces lignes avant de partir définitivement. Je confierai cette lettre à Lormion, avec ordre de te la remettre lorsque tu décideras de voler de tes propres ailes et de quitter notre communauté. Je sais qu’il le fera, c’est un sylphe de confiance. Demain, après avoir ainsi accompli la seule chose possible pour tenter de soulager ma conscience, je t’abandonnerai, j’irai seul dans la montagne, en espérant y trouver une fin rapide.

Je ne puis plus supporter de savoir que je suis responsable de la mort prématurée de Sverduin, qui fut pour moi plus qu’un frère : nous étions comme les deux faces d’une même pièce, puisqu’il était mon lige, tu le sais. Mais un remords peut-être pire me torture l’esprit J’ai voulu t’emprisonner dans une destinée que tu n’as pas choisie, et il n’y a plus de véritable issue à présent. Par ma faute, mon égoïsme et mon orgueil, tu es condamnée à te lier un jour. Peut-être aurais-tu fais ce choix même si je ne t’y avais pas poussée, mais je n’ai aucun moyen de le vérifier. Oui, je t’ai manipulée pour faire de toi une lige. Et un tel sacrifice de liberté aurait dû être fait en toute conscience.

Je vois très bien l’expression qu’auras ton visage quand tu parcourras ces lignes : tu seras l’image même de la perplexité. Je vais donc tenter de répondre un dernière fois à tes questions par les lignes suivantes. Avec l’absurde espoir que tu seras peut-être u n jour capable de me pardonner.
Pour cela, je vais devoir remonter le temps, dans mon histoire. Je te l’ai certes maintes fois contée déjà, mais j’ai déformé quelques vérités, et en ai tu d’autres.

Je reprendrai donc peu avant la Grande Bataille de Dagorelda. J’étais alors encore assez jeune pour ceux de ma race, j’étais promis à un avenir brillant en tant que mage, tout comme Sverduin, mon frère de lait et meilleur ami depuis l’enfance, qui s’était lié à moi quelques années auparavant. Comme je te l’ai dit, nous vivions alors à Castel Immortalitas, et Valiestar, alors déjà un mage puissant, faisait partie de mes amis.

C’est alors que je m’épris d’une jeune mage, une elfe blanche comme moi, appelée Amìriel. Elle était merveilleusement généreuse, intelligente, sensible, vive, fraîche, et d’une beauté lumineuse. Je tombai éperduement amoureux d’elle, mais hélas, mes sentiments n’étaient pas partagés. Amìriel aimait Valiestar, qui ne tarda guère à bien le lui rendre. Elle était adorable, comment ai-je pu lui en tenir rigueur ? Toutefois, une terrible jalousie commença à me dévorer l’esprit, obscurcissant mon jugement. Et cela, tant et si bien que je pris une décision que je ne cesserai jamais de regretter, jusqu’à mon dernier souffle. Je choisis de ne pas participer à la Bataille de Dagorelda, en guise de représailles, et j’ordonnai à Sverduin de faire de même. Nous désertâmes. Mais Amìriel, qui n’avait jamais tué ne serait-ce qu’un insecte, Amìriel alla. Et mourut. Elle n’avait jamais été une combattante, n’avait pas l’instinct de mort. Comment aurait-elle pu survivre ?

Lorsque j’appris sa mort, je crus devenir fou. J’étais alors caché dans l’arrière-pays, et la nouvelle avait mis du temps à me parvenir. Car malgré ma désertion, j’avais encore des amis parmi les mages du Castel, ce fut l’un d’entre eux qui me l’apprit. Sans la présence de Sverduin, je me serais suicidé de douleur et de culpabilité. Ce furent de longs mois ténébreux, dont je n’aime pas me souvenir, tant ma souffrance est vive encore au souvenir de mon amour perdu. Si j’avais été là, accompagné de Sverduin, que j’avais fait bénéficier notre camp de l’avantage qu’apportent les actions parfaitement conjuguées d’un lige et son « Seigneur », j’aurais peut-être pu protéger Amìriel. Même si c’était pour la voir retourner dans les bras de Valiestar après cela. Je réalisai qu’en vérité, rien n’importait plus que son bonheur, même si elle le trouvait avec un  autre que moi. Hélas, la prise de conscience arrivait bien trop tard, et rien ne pouvait plus ramener la femme que j’aimais toujours à la vie…

Nous avons alors erré dans des contrées d’Immortalitas quasiment désertes, sans véritable but, sans faire d’escale de plus d’un soir nulle part . J’étais comme un fantôme, et Sverduin prenait soin de moi, tentait de me reconstruire. Avec plus ou moins de succès…
Dans nos pérégrinations, nous finîmes par rencontrer un petite communauté de sylphes nomades, vivant en quasi-autarcie. Ils nous acceptèrent parmi eux. Participant à la vie en groupe, je repris peu à peu goût à la vie, jusqu’à redevenir, à peu de choses près, celui que j’étais auparavant. Mais la mort d’Amìriel avait imprimé au fer rouge sa trace en moi.

Un soir, j’appris par hasard que Lormion avait été le maître en magie de Valiestar. Cela provoqua un choc en moi. Dès le lendemain, je rédigeai une lettre que je lui fis envoyer. La réponse me parvint en peu de temps. Il avouait m’en avoir beaucoup voulu de ma désertion, mais m’avoir pardonné. La mort de notre belle elfe l’avait terriblement affecté lui aussi, et cela nous rapprocha, étrangement. Nous gardâmes ainsi un contact épistolaire durant plusieurs années.

Puis un jour, la communauté connut une véritable tragédie, sans précédent. Deux couples de sylphes trouvèrent la mort dans un orage. Ils avaient une petite fille chacun, à peu près du même âge. L’une d’entre elle, la plus âgée, était restée au camp. Mais la seconde se trouvait avec ses parents à ce moment-là. Une bourrasque la sépara des quatre adultes, ce qui lui sauva la vie. Nous eûmes la chance de la retrouver assez vite. Ce fut Sverduin qui la découvrit, sur une haute branche d’un sapin. C’était toi, bien sûr. L’autre orpheline était Lyannina. Lormion l’a prise en charge, et elle a bien vite révélé son don de voyante. Quant à toi, Sverduin obtint de pouvoir t’élever, car il s’était attaché à toi. Bien vite, je m’attachai aussi. Tu étais une enfant vive et charmante. Nous t’avons donc élevée, éduquée, et je découvris bien vite en toi l’enfant que j’aurais pu avoir avec Amìriel. Tu avais le même caractère – en plus décidée, peut-être. Il me semblait que vous vous ressembliez trait pour trait. Vous aviez en commun jusqu'à l'approche de la magie. J’avais l’impression de la retrouver dans chacun de tes gestes, chacune de tes exclamations. Peut-être bien que je t’avais, inconsciemment, élevée pour que tu lui ressembles…

C’est alors que naquit dans mon esprit un projet que j’aurais bien mieux fait d’oublier sur-le-champ. Puisque tu ressemblais tant à la femme que moi et Valiestar avions aimée, puisque ce dernier n’avait pu profiter du bonheur que son amour aurait pu lui apporter, pourquoi ne pas faire de toi une nouvelle Amìriel, qui pourrait être sa compagne ? Il suffirait, lorsque tu émettrais le souhait de quitter la communauté, de t’envoyer étudier la magie auprès de lui. Il avait aimé Amìriel, il t’aimerait. Quant à toi, je te connaissais déjà suffisamment pour savoir qu’il était le genre d’homme qui te conviendrait.

Dans l’une de mes lettres, je lui parlait de toi, sans lui révéler mon projet, bien sûr. Il accepta de te prendre comme élève quand tu aurais quitté la communauté. Toutefois, malgré cette assurance, je voulais plus. Cette idée devint une véritable obsession. Il fallait que vous soyez à jamais liés. Le Serment de Liges s’imposa alors. Tu admirais déjà Sverduin, qui s’était lié à moi.  Il fut facile de semer l’idée dans son esprit. Le germe n’a pas tardé à faire son chemin. Dès l’instant auquel la vieille magie se mit à couler dans ton sang, j’étais assuré, de par le portrait flatteur que je t’avais fait de Valiestar, que tu rêverais de te lier à lui. Vous ne seriez jamais séparés, et votre bonheur dépasserait celui de deux simples amoureux, et de loin. J’étais convaincu d’avoir pris la bonne décision. Je m’en flattais même. Mais mon vieil ami Sverduin, qui ne s’est jamais gêné pour me dire ce qu’il pensait, avait déjà commencé à réprouver mon intrigue lorsque je lui en avais fait part. Ses reproches se firent de plus en plus violents, tandis que la honte de m’avoir laissée te manipuler le rongeait. Il finit par perdre jusqu’à l’envie de vivre. Cet état, qu’il t’a caché de son mieux, a fini par l’emporter, anormalement tôt pour un Haut Humain.

Ce fut alors que je compris à quel point il avait eu raison. Toi, ma fille, mon enfant chérie, j’avais voulu t’enfermer dans un futur que je t’aurais dessiné, sans te laisser le choix de ta propre vie. A nouveau, j’ai pêché par orgueil, et à nouveau, il aura fallu la perte d’un être cher pour que je me rende compte de mon erreur. Je vais donc mettre fin à mes jours cette fois-ci, avant de détruire encore.

Je te demande pardon, mille fois pardon pour cette trahison, ma belle enfant, ma fille, dont je serais éternellement fier, bien que je ne t’aie guère méritée. Sois heureuse, et surtout, ne laisse plus jamais personne influencer tes décisions.

Avec tout mon amour et mes remords,

Aladan

La feuille s’échappa des mains d’Amaryl, tandis que son esprit horrifié tentait d’assimiler ce qu’elle venait de lire. Elles resta figée de longues minutes, puis se releva lentement, très lentement. Elle ramassa la lettre, la plia, toujours avec la même lenteur, empreinte de grâce malgré tout, et la posa sur la tablette. Evoluant comme dans un rêve, naviguant dans l’air qui lui semblait soudain lourd, épais et cotonneux, de cette matière dont les vertiges sont faits ; elle tangua jusqu’à sa malle, en sortit une robe de sombre velours laissant son dos nu, qu’elle enfila, de ses mains tremblantes. Elle posa sa cape sur son dos, et revint vers la fenêtre. Le rideau se souleva à nouveau sous sa main. Ses doigts se posèrent sur la poignée, la tournèrent. Les vitres s’ouvrirent, une bouffée d’air glacé entra dans la chambre douillette. Elle hésita un bref instant, saisit la missive et la glissa dans son décolleté, contre son sein. Puis elle posa son pied sur le rebord de la fenêtre, et se jeta dans le vide. Sa cape se souleva, et ses ailes s’ouvrirent, juste à temps pour freiner sa chute. La neige, dont la pellicule supérieure avait gelé et craqua sous son poids, l’accueillit comme un coussin friable et glacé. Elle se redressa, et marcha sur l’étendue immaculée que son esprit égaré compara à un champ de plumes blanches, arrachées et laissées sur le sol. Elle traversa le bosquet se trouvant derrière l’auberge, et se retrouva devant une vue dégagée sur le paysage. Juste en face d’elle, le soleil commençait à darder ses premiers rayons sur l’horizon nuageux, violacé et pâli. Les flocons avaient cessé de tomber durant la nuit, et l’air était clair et pur, tranchant et vif comme une lame d’acier sur le peau de la sylphe. Arrivée là, elle renversa la tête en arrière. Des larmes se mirent à leur tour à couler à flots, des larmes d’eau douce comme des perles de pluies. .

*** Il m’a trompée, trahie ! Il a voulu faire de moi sa créature, et m’emprisonner dans les bras de l'autre pour effacer sa propre culpabilité !

Mais que faire à présent ?***


Elle songea un instant à se blottir au creux de la froideur cristalline qui l’environnait, laisser sa peine s’engourdir, s’endormir à jamais dans la glace. Mais tout son corps se rebella. Elle voulait vivre.

***Je suis fille du Vent ! Et libre comme l’air ! Nulles chaînes que je n’aurais moi-même choisies ne pourront me retenir ! Jamais !

Mais que faire ? Je n’ai guère que deux possibilités à présent : accompagner Lormion, Lyannina et Aelwann, rejoindre Valiestar, devenir son élève même, sans céder aux manigances d’Aladan. Continuer dans la ligne que je m’étais choisie : la Lumière. Ou bien…
Trahir à mon tour. J’en aurais bien le droit ! Les livrer, tous, aux Princes de Métal. Faire d’eux mes Maîtres. Me venger.
***


Le dilemme envahit son esprit. Sa nature profonde penchait vers la première solution, mais la souffrance et la colère la poussait vers la seconde. Elle détacha sa cape, la laissant tomber à terre, rouvrit ses ailes et poussa un soupir de satisfaction en sentant l’air contre les membranes translucides. Elle décelait chaque souffle, chaque infime variation dans le vent autour d’elle. Elle était entière ainsi, vraiment elle-même. Emprisonner ses ailes la privait d’une partie de sa personnalité. Elle pourrait prendre sa décision en pleine possession de ses moyens. Une premier battement d’ailes la dressa sur ses pieds.

Ses ailes, déployées dans toute leur fragile splendeur, s’agitaient gracieusement. Iridescentes et adamantines, leurs segments captaient les nuances colorées du soleil, les diffractant à l’infini autour d’elle, créant sur la neige comme un vitrail mouvant.

Les bras ouverts, les yeux fermés, elle était sur le point de trouver la réponse à sa question intérieure, lorsque un bruit de pas crissant sur la neige derrière elle interrompit sa réflexion. Pas tout à fait assez léger pour être celui d’un sylphe, bien trop cependant pour être celui d’un humain pataud. La belle nymphe se posa avec douceur et se retourna vers l’Elfe Noir, lui adressant la parole d’un voix glacée qu’elle se reprocha immédiatement. Il n’avait pas à subir les conséquences de son humeur.


»Eh bien Messire, que vous voilà levé de bon matin. Quel Vent vous amène ?

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...


Dernière édition par Amaryl le Lun 23 Mai - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Lord Darkmore
Seigneur universel
Seigneur universel
avatar

Nombre de messages : 330
Age : 31
Date d'inscription : 09/11/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Noir
Culture: Haut Elfe Noir Occidental
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Mar 3 Nov - 8:49

« Naën Windya, faër Varis, nera yen estodarem sarmenor eron feodaris, » répondit calmement Aelwann, mais d’une voix au moins aussi glaciale que la neige qui tombait doucement sur le sol.
Amaryl sursauta et écarquilla les yeux. Les paroles de l’elfe noir étaient dans une langue ancienne, qui ressemblait fort à l’antique parler des sylphes, sans pour autant en être parfaitement, et signifiaient approximativement : « Que soufflent les vents et que gronde la tempête, jamais plus je ne me laisserai porter par eux. » L’antique formule prononcée par des rebelles sylphes qui, d’après la légende, avaient décidé de s’opposer à leur destin pour finalement se tourner vers l’Ombre. Bien peu à présent ceux qui osaient la prononcer, mais ceux-là n’avaient bien souvent plus rien à perdre…

« Êtes-vous donc désespéré à ce point ? » demanda Amaryl.
« Que non point, c’est une antique formule de politesse esyfie, en usage depuis que celles-ci ont décidé de s’opposer définitivement à la servitude des Princes. Vous comprenez donc cette langue ? » fit-il avec un sourire. « Aladan a été un excellent professeur, je le vois. Il est regrettable que le but que poursuivait celui-ci n’ait été que l’origine de tant de douleur et de souffrances… »
Amaryl devint pâle comme un linge.
« Vous savez donc cela ? Comment ?
- Cela, et bien d’autres choses. Veuillez pardonner mon indiscrétion quant à vos secrets intimes, mais je me devais de vous prévenir. Nombreux sont ceux à Irdani capables de pénétrer les pensées bien plus profondément qu’un elfe noir encore novice dans l’apprentissage du Second Grand Art, tout comme de lire une lettre posée sur une table de chevet, puis de la recacheter sans que le propriétaire ne s’en aperçoive. Personnellement j’ai appris la méfiance et ai préféré vous sonder avant de vous en révéler trop. Mais vous n’aurez désormais plus rien à craindre de moi, je vous le jure sur mon honneur. Cependant toutes les personnes que vous rencontrerez au cours de nos pérégrinations ne seront pas aussi bienveillantes ou émues par votre histoire. C’est pourquoi je me propose de vous enseigner ce que je sais, afin que votre esprit soit protégé contre toute influence négative. Cela vous siérait-il ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minyador.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Mar 3 Nov - 19:27

Les yeux de la sylphe se remplirent de larmes.

"Vous... Vous avez lu ma lettre... Et vous savez que je suis lige..."


Instinctivement, elle frotta ses poignets. Les huits couchés se mirent à luire à travers sa peau d'une lumière blanche.


"C'est difficile de l'avouer mais vous avez bien fait... Même si ça n'est pas agréable de voir ses secrets intimes dévoilés à un inconnu, ça pourra m'éviter à nouveau ce genre de chose, et par suite de véritables ennuis... Comme vous dites, je ne tomberai pas toujours sur des gens aussi bien intentionnés que vous..."

Essuyant ses larmes, elle fixa un regard décidé sur l'elfe noir.


"J'accepte votre proposition."

***Non... Je ne peux pas les trahir.***

La belle sylphe tendit sa main fine au Moralf pour entériner leur accord. A ce moment, les premiers flocons se mirent à retomber.

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Lord Darkmore
Seigneur universel
Seigneur universel
avatar

Nombre de messages : 330
Age : 31
Date d'inscription : 09/11/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Noir
Culture: Haut Elfe Noir Occidental
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Jeu 5 Nov - 9:22

Aelwann sourit à Amaryl.

« Je regrette d’en avoir été poussé à cette extrémité si douloureuse pour vous, mais la nécessité me pressait, et une fois que j’eus connu certaines de vos pensées, je n’eus de cesse d’en savoir plus pour pouvoir vous protéger. À présent que j’ai votre assentiment, je vais vous montrer deux techniques qui vous permettront de protéger au mieux votre esprit face à des incursions psychiques. Chacune a sa finalité, ses avantages et ses inconvénients. La première est appelée l’Ecran, ou le Bouclier psychique. C’est la forme de protection la plus classique, mais elle a le point faible de pouvoir être traversée relativement facilement par un esprit plus puissant. Elle consiste à créer une barrière infranchissable autour de son esprit. Lorsque le sujet est novice dans cet art, le Bouclier a le défaut de ne pas pouvoir protéger tout notre esprit d’une part, et d’être imperméable des deux côtés d’autre part, c’est à dire que si l’on en peut certes pas être sondé, l’on ne peut pas non plus nous-mêmes sonder l’esprit de l’autre ou communiquer par l’esprit. Mais lorsqu’on en atteint une certaine maîtrise, on peut protéger l’intégralité de son esprit. Cependant il ne faut pas oublier qu’une volonté puissante peut toujours percer même le meilleur des boucliers. Mais si vous parvenez à maîtriser le Bouclier, vous ne devriez plus réussir à entendre ma ‘‘voix’’, et vous devriez pouvoir bloquer les incursions psychiques de la plupart des personnes. »

La jeune sylphe s’aperçut à cet instant que le moralf n’avait pas ouvert la bouche depuis quelques phrases. Il communiquait directement d’esprit à esprit.

« Je regrette de ne pas encore maîtriser suffisamment le Bouclier pour pouvoir moduler sa puissance afin de pouvoir utiliser la télépathie en même temps, que ce soit pour envoyer ou recevoir des informations. »

Aelwann avait prononcé ces mots à voix haute d’un air sincèrement désolé.

« Cependant, » reprit-il par la pensée, « je pense maîtriser parfaitement l’autre forme de protection – bien que celle-ci ne soit pas vraiment une protection au sens strict. Il s’agit de la Translucidité, ou Transparence psychique. Pour simplifier, il s’agit de rendre l’esprit indétectable, ou de faire croire à un esprit très limité, ou non-humain. C’est un mélange entre de l’illusion et du psychisme, à vrai dire. On fait croire qu’il n’y a personne ou que l’être en face de l’inquisiteur est un vrai légume. En revanche, la Translucidité n’offre aucune défense, c’est à dire que votre esprit reste démuni si le subterfuge est découvert, ou face à des attaques psychiques. Mais elle offre l’avantage de n’offrir aucune prise à un esprit inquisiteur qui ne sait pas où chercher, ce qui explique pourquoi elle a ma préférence, même si elle est plus complexe à assimiler. »

Amaryl acquiesça.

« Mais il n’est pas possible de combiner les deux à la fois ? » tenta-t-elle d’interroger en suivant le courant de pensée de l’elfe. Aelwann dut percevoir la réponse, car il répondit, toujours de la même manière :

« Difficile en réalité, pour la pure et simple raison qu’un Bouclier est un obstacle psychique, qui peut par conséquent être détecté par un bon mage. Très peu sont parvenus à tisser des boucliers d’esprit quasiment indétectables, mais de toute manière, protéger son esprit ne suffit pas toujours car le corps peut faire défaut et nous trahir. Il faut combiner des pouvoirs d’Illusion et de psychisme de haut niveau pour y parvenir, et le résultat n’est pas toujours garanti, car il reste aussi bien souvent la signature magique. L’on dit néanmoins que Loup Solitaire y parvient. J’espère un jour pouvoir aspirer moi-même à recevoir son enseignement, ainsi que l’Archimage me l’avait laissé entendre si je progressais suffisamment vite. »

Il haussa les épaules, sachant bien que cela n’arriverait probablement pas de sitôt avec leur départ forcé vers le sud.

« Enfin, là n’est pas la question. La question serait plutôt de savoir ce que vous préférez que je vous apprenne en premier. Bouclier ou Translucidité, je pense en savoir assez sur les deux pour que vous puissiez tenir face aux loups d’Immortalitas. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minyador.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Ven 13 Nov - 20:05

La sensation d'avoir quelqu'un dans son esprit était l'une des choses les plus étranges que la Sylphe ait jamais connues. Elle savait désormais que cette présence n'avait rien d'hostile, néanmoins elle abonda de tout son cœur dans le sens de l'Elfe Noir. Si un ennemi parvenait à lire ses pensées, ce deviendrait... cauchemardesque.
Amaryl réfléchit un instant, puis offrit un joli sourire à Aelwann.

"J'ai quelque peu étudié la magie d'illusion... Je pense donc que la Translucidité serait un bon point de départ, puisque ce ne serait pas tout à fait inconnu..."

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Jeu 3 Déc - 16:13

« Soit, » fit l’Elfe Noir. « Il est vrai que l’Illusion et le Psychisme sont deux formes de magie assez voisines, bien que l’Illusion affecte essentiellement les sens et la matière, tandis que le Psychisme affecte directement l’esprit. La difficulté majeure de l’apprentissage du psychisme est que l’on a rarement un aperçu visible de ce que l’on fait, et cela est d’autant plus vrai pour les sorts défensifs comme ceux que je vais vous enseigner à présent. »


Le vent s’était à nouveau levé, et la neige soulevée par les rafales devenait accablante, mais la voix télépathique n’était nullement affectée. Aelwann fit néanmoins signe à la jeune fille de le suivre à l’abri des arbres.



« Il est probable que lors de vos premiers exercices vous ne parviendrez plus à percevoir notre lien télépathique, et je préfère vous transmettre mon enseignement autrement qu’en criant, » fit-il avec un sourire.


En effet, sous l’épaisse couverture des branches des sapins, le calme semblait total après le déchaînement de fureur des vents dans la clairière.

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Ven 11 Déc - 20:08

« Commençons, » fit l’elfe, à voix haute cette fois. « Je vais vous proposer un exercice relativement simple, mais qui est la base des sorts de défense, et de beaucoup des sorts offensifs du Second Grand Art. Il vous faut imaginer quelque chose d’unique dans un néant. Personnellement je pense à une étoile dans un ciel vide de toute autre lueur, mais je sais que d’autres préfèrent une flamme dans le noir, une fleur dans un désert ou un navire dans l’océan. Peu importe, en réalité, mais il vous faut nourrir cet objet de toutes vos passions, de tous vos sentiments, afin que votre esprit ne semble plus être qu’une cosse vide, hormis cette chose. Une fois que vous aurez maîtrisé cet exercice parfaitement, le reste devrait venir tout seul. »

La sylphe ferma les yeux, et chercha une image adéquate. Elle aimait bien celle de l'elfe, et tenta d'imaginer cette unique étoile dans un ciel noir et vide. Mais, tandis qu'elle cherchait à se focaliser sur cette vision, elle changea naturellement, remplacée par une autre, convenant à la nature profonde d'Amaryl. Un ciel toujours, mais d'un bleu extraordinaire, un bleu azur comme nuancé de violet, un bleu qui n'existait qu'au dessus des lacs gelés en plein hiver, loin des cités, loin des hommes. Et dans ce ciel, un nuage. Doux et blanc, aux courbes délicatement immatérielles, pures et immaculées, d'une beauté éthérée. Ces nuages que les sylphes en vol évitent, de peur de disperser une telle splendeur déjà éphémère. Ce nuage, Amaryl lui voua tout son amour, toute sa passion, toute sa dévotion. Il n'y avait plus que lui, et elle n'existait plus que pour lui. Elle aurait voulu faire corps avec lui, et s'imagina se fondant en lui, ses membres devenant blancs et impalpables, ses os s'évaporant en une myriade de minuscules gouttelettes, ses pensées et ses sentiments, sa colère, sa rancœur, s'évanouissant dans le ciel. Elle se sentait purifiée, apaisée, et dans un endroit lointain de son esprit, elle remercia Darkmore de lui avoir permis d'atteindre cette merveilleuse sérénité. Mais soudain, un coup de vent glacé ayant réussi à pénétrer sous les arbres rompit totalement sa concentration, et elle rouvrit les yeux, désappointée.

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Amaryl
Voyageur minyadorien
Voyageur minyadorien
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2008

Feuille de personnage
Race: Sylphe
Culture: Commun
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Mar 29 Déc - 19:11

« C’était très réussi, » fit Aelwann. « Vous êtes quasiment parvenue à maîtriser cet exercice dès la première tentative. Mais il ne faut pas se fermer au monde extérieur au risque de se faire surprendre lorsque l’on use du Second Grand Art. Bien au contraire, en fait. Même si notre esprit peut être caché, endormi ou encore en train de se battre, il faut que notre corps reste en éveil, car la moindre déconcentration peut être fatale. Le psychisme n’est pas tout à fait comme certaines autres formes de magie qui requièrent une concentration totale et un abandon complet à la magie. Tout comme l’Illusion, il dépend de trop de facteurs extérieurs pour être employé en se fermant. Aussi je vous suggère pour recommencer l’exercice de garder les yeux ouverts. »

Il adressa à Amaryl un sourire engageant. La jeune sylphe, comprenant que son échec n’en était pas un, retenta le même exercice. Le nuage immaculé parut à nouveau dans le ciel vide, et elle le nourrit à nouveau de ses sentiments, de ses appréhensions, de sa tristesse et de sa colère. Mais à peine fut-elle certaine d’y être parvenue, enfermant toutes ses émotions dans la masse cotonneuse, qu’un grand vent glacé se leva à l’intérieur même de sa concentration, menaçant d’emporter et de balayer le nuage. Alors qu’elle rouvrait les yeux qu’elle avait refermés par réflexe, elle s’aperçut que ce vent n’existait visiblement que dans son imagination, les feuilles au-dehors et leurs capes restant immobiles. Elle renforça sa concentration afin de protéger son nuage, et eut un soupir de soulagement quand après avoir cent fois menacé de se déliter et de se retrouver emporté par le vent fantomatique le blanc nuage retrouva son intégrité et fit face à la tempête spirituelle. Cela dura encore quelques instants qui lui parurent interminables, puis aussi soudainement qu’il était apparu, le vent glacé disparut, remplacé par une douce brise d’été, un délice après cette tempête immatérielle. Ce fut un plaisir tel après cet affrontement qu’Amaryl laissa échapper à son contrôle des bribes de son nuage qui virevoltèrent, blancs lambeaux dansants, dans le léger souffle tiède.

Désemparée, elle fixa l’elfe et s’aperçut qu’un petit sourire était fixé sur le coin de ses lèvres. La brise cessa et brutalement le ciel imaginaire retrouva son calme précédent.


« Vous avez des difficultés pour vous défendre face aux incursions insidieuses, mais contre la force psychique brute, vous avez un potentiel exceptionnel. De nombreux mages croient que par la violence on peut tout obtenir, mais comme tu le vois, la douceur peut obtenir les mêmes résultats, voire de meilleurs résultats dans certains cas. Ne m’en veuillez pas, mais je crains de vous décevoir en vous disant que vous aurez des difficultés à maîtriser la Translucidité. En revanche, vous avez des capacités impressionnantes pour le Bouclier. » Il ajouta comme pour lui-même : « Il est parfois si surprenant que notre faiblesse psychique soit l’inverse de ce que l’on pense de nous-mêmes. Je sais que l’on peut me considérer comme cruel ou implacable parfois, pourtant, dans une lutte d’esprit à esprit, je résiste bien moins bien à la force brute qu’aux incursions insidieuses. Alors que vous qui avez été élevée dans la douceur et l’amour voyez votre carapace s’effriter aux caresses… »

"Vous ne me vexez en rien," répondit la jeune Sylphe avec un doux sourire. "Il faut savoir reconnaître ses erreurs pour pouvoir progresser."
Ses traits se firent sérieux. Elle se pencha légèrement vers son interlocuteur et posa une main délicate sur son bras, fixant ses yeux violets dans les siens.

"Peut-être est-ce logique au contraire. Qui a été élevé avec tendresse à plus de mal à se méfier de ce qui se présente à lui avec ce visage. Il lui est en revanche plus naturel de combattre ce qui tente de l'agresser directement.
Dans votre cas, peut-être qu'une partie de votre être rejette la cruauté et l'implacabilité dont on peut vous accuser, et comme pour contrer cela, agit au contraire de ce qu'on pourrait attendre... Et aspire à la douceur sans se permettre d'y céder.
Souffrez-vous de cette image ? Ou peut-être d'un manque d'affection  dans votre enfance ? Ceci pourrait expliquer cela..."


Soudain, elle fit un pas en arrière, rompant le contact physique, le visage confus et honteux.

"Excusez-moi, je me mêle de ce qui ne me regarde en rien. Vous n'avez pas à me répondre."

_________________
"Ariane, ma soeur, de quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée !"
Qui sème le vent, récolte la tempête...


Dernière édition par Amaryl le Lun 23 Mai - 22:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scribe.forumpro.fr
Lord Darkmore
Seigneur universel
Seigneur universel
avatar

Nombre de messages : 330
Age : 31
Date d'inscription : 09/11/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe Noir
Culture: Haut Elfe Noir Occidental
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   Ven 19 Mar - 16:57

Aelwann eut un petit rire.

« Peut-être devrais-je essayer de vous laisser le découvrir par vous-même… » fit-il avec un fugitif air malicieux, qui parut déplacé sur son visage.

« À vrai dire, ce n’est guère un secret. Autant j’ai pu passer l’enfance la plus heureuse que j’aurais pu le souhaiter – entouré d’une famille aimante, même si les devoirs de mon père le maintenaient le plus souvent éloigné de la maison – autant l’éducation que j’ai reçue à Tormalor est stricte. On nous forme à être très durs, comme notre terre d’exil, en souvenir des temps anciens. »

Aelwann haussa les épaules.

« Mais cette faiblesse, j’ai appris à la vaincre, tout comme je sais que vous le ferez bientôt si vous poursuivez votre travail. »

Se retournant vers le chemin que l’on apercevait entre les arbres :

« Mais nous ferions mieux en attendant de retourner à l’abri en attendant le réveil des autres, je pense. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://minyador.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Crépuscule [ Immortalitas ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Crépuscule [ Immortalitas ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le bosquet du crépuscule... - Terminé
» La beauté d'un Crépuscule en attire plus d'un... | PV Hivernou ? |
» Amitié, ô amitié, où te caches-tu ? [PV Crépuscule d'Orage]
» Sombre Crépuscule qui enivre mes Songes d'une douloureuse tristesse |P.V ma Crêp|
» Une compagne pour Ombre du Crépuscule

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Minyador :: Partie Jeu de rôle :: Quêtes-
Sauter vers: